Jihem au pays des ch'tis bisounours kikoureurs (7e et dernière partie, ouf)
Jihem

Sa fiche

Jihem au pays des ch'tis bisounours kikoureurs (7e et dernière partie, ouf)

Par Jihem - 06-10-2008 13:08:54 - 10 commentaires

La sauvage 

 

Mon cher Ch’ti Grincheux,

 

Et Bien oui, cette dernière lettre qui marque la fin de mon récit est pour toi. Mais j’aimerais que ceci reste entre nous, et je compte sur ta discrétion pour que, surtout, Shunga n’en sache rien. En ce qui le concerne, je trouverai bien un prétexte du genre : « ils commencent à me les gonfler sévère, les bisoukikounours avec leur gentillesse. Qu’ils n’attendent surtout pas la fin de l’histoire. La seconde chaussure du voisin de tombera pas. ». Shunga supporterait mal de savoir que je vous ai apprécié pour de vrai. A ce propos, tu peux peut-être en glisser un mot aux autres gencht’is organisateurs. Je ne vais pas beaucoup m’étendre parce que ça nécessiterait une lettre de plus, et la société moderne supporte mal qu’on dépasse le format. Et puis je dois bien l’avouer, je fatigue.

 

Je vais sans doute me répéter, mais tu m’as bien bousculé avec tes histoires de mineurs. On m’a toujours appris à ne jamais oublier d’où je viens. En matière d’orgueil, je suis servi. D’ailleurs, à l’heure qu’il est, je suis dans le métropolitain, qui m’emmène sur le lieu de mon enfance. Un lieu qu’on dit de mauvaise réputation, qu’on dit mal fréquenté. On dit beaucoup de conneries. Tu crois que la population de Neuilly est plus fréquentable que celle du 9-3 toi ? Moi, je ne suis pas sur. Ou plutôt si. J’ai quelques idées à ce sujet…

 

M…,    je me suis assoupi, j’ai failli rater le terminus.

 

J’en étais où ? Ah oui, au réveil, au petit déjeuner. Un petit déjeuner gargantuesque. Normal tu me diras pour un ogre. Sympa de nous avoir épargné la charcuterie dans le café chicorée au maroille. Trop dur pour moi. Permet-moi de m’attarder un instant sur un personnage qui m’a intrigué au cours de ce repas (ben oui dans le nord, le petit déjeuner est un repas) : le castor. On va dire que je fais une fixette, mais il y a quelque chose de hors-norme chez lui. En venant aux terrils, il faisait coup double. D’un côté, c’était la fête à bisounours, de l’autre, il préparait l’Arrancabirra, cette course qui tentait bien Epitaphe car elle correspondait pile poil à ces capacités intrinsèques de coureur polyvalent, amateur de houblon et de course à pied (je ne connais pas l’ordre…). Une bonne andouillette à l’arrivée et le tour est joué. Donc, le castor avait sifflé pas mal de bière jusqu’à très tard, et s’apprêtait à courir après la sauvage comme tout le monde. Et bien qu’est-ce qu’il prend au petit déjeuner le castor ? De la pate à tartiner cacaotée, plus connue sous le nom de Nutella, marque déposée. Il doit avoir un estomac version développement durable le castor pour supporter ça. Un estomac qui trie les denrées : la bière par ici, le Nutella par là, la moquette au fond à droite. Impressionnant. Dans la course à pied, l’exploit est partout.

 

Il y en a un qui m’a déçu tout de même, c’est x. Au lever, il avait l’air tout frais, façon pub pour un after shave de supermarché, tu sais le truc à l’alcool qui déchire la peau après un bon rasage raté. Sauf que x, il cachait son jeu, je l’ai surpris en train de courir après le paracétamol. Faut toujours se méfier des apparences, pas vrai le Grincheux ?

 

Bon, on se grouille. Pour deux raison. La première, c’est que, à l’heure où j’ai repris mon récit je suis dans le RER  et que j’arrive bientôt au taf. La seconde, c’est que la sauvage ne va pas nous attendre. Ou alors c’est à ne rien comprendre. VROUMMMMMMMMMM !

 

Arrivés sur le lieu du départ, nous retrouvons, nous retrouvons, nous retrouvons Chris, en chair et en os cette fois-ci. Si si, je te jure. On a aussi l’occasion de croiser hellaumax, Zorg et Taroc. Le truc qui m’embêtait un peu à propos de ce week-end, c’est que je m’étais bien préparé pour cette course, et que j’avais renoncé à aller poutrer (j’aime bien l’expression favorite de x) mon pote Philippe à Provins. L’occasion était pourtant belle mais c’est une autre histoire. Malgré les bières, j’étais bien décidé à faire la course. Il faut dire que fais peu de courses dans l’année. Et j’adore la compétition. Même lorsque le combat est inégal. Je m’isole du groupe, parce que j’aime bien me ménager une phase de calme avant chaque course. Un petit échauffement aussi histoire de faire chauffer le groupe électrogène. Je me place pas loin des premiers sur la ligne de départ parce que j’ai décidé de partir vite, histoire de ne pas être gêné sur les terrils. C’est parti. Je dois partir autour de la 50e place, et je remonte quelques coureurs. Il me semble que le départ est plutôt prudent. Je passe correctement le premier terril, puis le second. En haut du troisième, mes jambes sont vidées. Autant le cardio est au mieux, autant les jambes sont lourdes, surement faute à la veille. A cet instant, je suis 38e, je décide de m’accrocher bien qu’étant pris d’une crampe très précoce. Il faut dire que ça fait beaucoup de bien au moral d’avoir les meilleures supportrices.

 

Le 3e terril est magique avec son décor lunaire et l’épave dans laquelle on a du jouer une scène d’Orange mécanique. Plus loin, j’ai bien aimé le secteur pavé, où il est difficile de doubler. Je me prends pour Marc Madiot, en 1985, tu te rappelles ? J’en pleurai en le regardant.  Dans la descente,  un type me demande qui je suis, c’est Taroc, qui me double. On se présente un peu, Moi c’est Rodolphe, Moi c’est Jean-Michel, et la vie poursuit son chemin.

 

J’arrive à l’approche du dernier terril. Il me fait peur parce que je n’ai plus de jambes. Et cette corde dont on m’a parlé… je ralentis au 18e kilomètre, croyant le trouver au 19e. Erreur. Il est beaucoup plus loin. Et il n’est pas la montagne annoncée. Je poursuis, et ne me rappelle plus le nombre de kilomètres de la course. 23, 24 26 ? Je demande autour de moi. On me dit que l’arrivée n’est pas loin. Sympa… A l’arrivée, je retrouve avec bonheur les supportrices bisounours de kikourou. Merci à vous, c’est génial d’être applaudi. Je suis 50e, et très satisfait car au delà de mes prévisions. Cette course est magnifique et j’y reviendrai.

 

A peine arrivé, pas de répit, il faut aller supporter les autres. Et je me prends au jeu. Jusqu’à l’arrivée du bagnard, et puis celle des dunes de l’espoir sous nos acclamations. C’est à cet instant peut-être, que je prends conscience que je suis devenu un vrai kikoubisounours. Presque contre mon gré.

 

La suite, je ne te la raconterai pas, parce que dans la suite il y a le retour. Et on était si bien chez les ch’tis.

 

Merci.

Billet précédent: Jihem au pays des ch'tis bisounours kikoureurs (6e partie)
Billet suivant: Vous retrouver

10 commentaires

Commentaire de ArnaudP59 posté le 06-10-2008 à 13:22:07

Merci Jihem pour ces billets qui m'ont tenu en halène pendant ces quelques jours que tu as mis à les écrire.

Commentaire de grandware posté le 06-10-2008 à 14:15:21

Ben si... racontes !!! histoire de pimenter notre prochain run sur les bords de Marnes... à grands coups de ceinturon...

Commentaire de L'Castor Junior posté le 06-10-2008 à 14:44:48

On ne s'est pas déjà vus chez la grosse Adrienne de Montalant ?

Commentaire de chris78 posté le 06-10-2008 à 15:14:40

Jihem, ça ne se fait pas.... today c'est l'anniv de Shunga....

Commentaire de shunga posté le 06-10-2008 à 18:35:11

MErci chris, heureusement que tu es là parce que jihem desfois...

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 06-10-2008 à 19:13:39

D'abord, j'ai pris de l'aspirine, pas du paracétamol !

Commentaire de chtigrincheux posté le 06-10-2008 à 19:38:45

Tu cours vite, tu écris bien et en plus tu picole plutôt bien, tu sexe comment ?
Trêve de plaisanterie, en si peu de temps nous avons sympathisé .La magie du nord t’accompagnera à jamais.

Commentaire de fanfan59 posté le 07-10-2008 à 06:27:33

MERCI pour ces billets magnifiquement écrits. Tu nous as fait l'honneur de goûter à l'tarte au mariole sans rechigner et en plus ... tu as aimé ça ! Merci de t'être laissé emporté par la magie de notre rencontre, ce fut une belle fête ou chacun a laissé parler ses émotions. Comme dirait quelqu'un que je connais très très bien "elle est pas belle la vie !".

Commentaire de Le Bagnard posté le 07-10-2008 à 20:45:52

Merci Jihem pour tout les recits, et si j'peux permettre au nom de tous bienvenue chez les KIKOU'S ;-)

Commentaire de Le Bulot posté le 10-10-2008 à 13:39:50

merci c'est un top Blog....vive le Nord

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.17 - 196119 visites