KikouBlog de Jihem - autres vagabondages
Jihem

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Dans la catégorie autres vagabondages

Vers une internationale molomaniaque ?

Par Jihem - 08-10-2009 17:39:22 - 3 commentaires

 

Répression du rêve : rêvirivoltons-nous !

 

Le 19 septembre 2009, la direction annonçait la commande d'un audit (un de plus !) auprès du célèbre cabinet Roi Arthur & Comte Andersen Consulting (ce qui ne s'invente pas !). Cette étude visait à repérer des pistes d'amélioration de la productivité de l'entreprise. Au mois de mars, la direction faisait état des résultats de cet audit, en particulier de son principal « enseignement ». Une cause majeure faisant frein à la performance serait ce « phénomène » récent qu'est la molomania. Celle-ci provoquerait de très perceptibles pertes d'attention et une tendance à la rêverie. Le rapport estime que représente un risque majeur pour l'entreprise les perturbations affectives que peut provoquer l'idéalmolo et on observerait déjà localement des situations de pré-dépendance. La direction dit prendre la mesure du problème et demande d'urgence l'ouverture de négociation visant à réglementer et limiter l'accès à cette molécule. Elle soumet l'idée d'imposer le dosimolo®, afin de mesurer le niveau d'exposition subi par les personnes concernées. Dans l'attente de l'ouverture des débats, elle a d'ors et déjà pris une mesure conservatoire en envoyant les molo-e-s dépendant-e-s courir dans les montagnes. Autre mesure de taille : La mise en place annoncée d'une aide au sevrage et la mise à disposition gratuite de cachets de méthadomoloane®, substitut puissant à la tendresse.

 

La tendresse mise au banc

 

L'idéal molo, c'est notre droit au rêve, à la douceur, à la tendresse. Nous devons le défendre et le préserver. Le rêve est un droit universel et légitime, nous devons garder cette égalité onirique face à la réalité, organisée, décidée de façon unilatérale par les dirigeants.

 

Se priver d'imaginaire ?

 

Le rêve, c'est la créativité, l'imagination. Certes, le rêve n'est pas générateur de croissance, de performance économique. Et comment prévoir l'avenir de l'entreprise en interdisant l'imagination. De quelles innovations seront nous capables. Mais il est une « matière » inépuisable, non dégradable mais non dégradante. En connaissez-vous beaucoup ? Le rêve, c'est l'acte citoyen par essence.

 

L'heure de l'action : ré'mol'ution onirique

 

Ce lundi 11 octobre, nous vous proposons de nous retrouver en Assemblée Générale de nous concerter et de mettre en place une réaction collective. Nous adressons d'ors et déjà un ultimatum à la direction. Si les mesures qu'elle prévoit sont appliquées sans concertation, nous déclencherons une immense bombe à bulle. Lors de cette AG, alors que nous demanderons à chacun-e d'imaginer sa rébellion, nous proposerons le port d'une fleur, celle de la résistance onirique. Elle portera l'inscription suivante

 

« Laissez-moi rêver, ne touchez pas zamolo ! »

 

  

Voir les 3 commentaires

Oeuvre achevée

Par Jihem - 19-08-2009 02:44:10 - 3 commentaires

Oeuvre achevée
 
Le rideau est tombé,
Sombre comme une nuit sans lune.
L'oeuvre est bien modeste, certes,
 Si on la juge dans sa globalité.
Mais j'estime,je sais,
Qu'elle recèle quelques passages d'une beauté sans nom,
d'une gravité parfois,
Des moments d'émotions, 
Quelques rires aux éclats,
Et de jolies étoiles. 
 
Ce soir d'une nuit sans lune,
L'artiste est fatigué, éreinté, las.
Triste, désabusé.
 Il sent, décide, choisit,
Que l'oeuvre se termine ici.
 
L'artiste s'en va avec sa peine et ses sanglots,
murmurant un "merci". 
 
Merci
 
 
 
 
 

Voir les 3 commentaires

Les gens du RER

Par Jihem - 01-12-2008 14:30:23 - 6 commentaires

Les gens du RER 

Les gens sont passionnants lorsque je prends les transports le matin. Ils ont le regard énigmatique, absent, introspectif, chargé sans doute de la fatigue d’une nuit trop courte, de déceptions de la veille ou de l’inquiétude des heures à venir.

 

L’heure du métropolitain, c’est l’heure du bilan, l’heure d’un nouveau rendez-vous avec l’existence. Pour d’autres, c’est un instant de lecture, plus ou moins attentive, plus ou moins concernée. Une lecture souvent distraite, où l’on relève la tête de temps à autre, comme ça par habitude. Il y a les rencontres avec les collègues, plus ou moins désirées, mais les échanges restent furtifs le matin. Comme si il n’y avait pas encore grand-chose à raconter. Peut-être par peur de se projeter dans les prochaines heures. L’ambiance du soir sera très différente.

 

Le jeune homme en face à une mine préoccupée. Il baille, il est fatigué. Il se penche par-dessus l’épaule de son voisin pour entrevoir la page du quotidien sur laquelle ce dernier a choisi de poser son regard. Façon d’occuper le temps. C’est étrange cette habitude que nous avons à observer les lectures des autres. Par curiosité, par jeu, par hasard ou pour passer le temps. Ma voisine semble avoir cette même curiosité lorsque j’écris. Comme un enfant qui découvre le monde et qui est fasciné par tout ce qui s’anime. Ma voisine passe ses phalanges sur son menton. Elle aussi a l’air préoccupé. Dans ce wagon, il y a autant d’énigmes que de personnages.

 

Pendant cette poignée de minutes passées dans le RER A, je n’ai entrevu qu’un seul sourire, qu’une âme semble-t-il sereine. Et pour le reste un sentiment de résignation. Etrange.

 

Quel visage ai-je moi-même donné à la communauté des migrants du matin ? Mystère. Mais je ressors plein de curiosité, amusé.

 

Voir les 6 commentaires

Avez-vous oublié votre regard d'enfant ?

Par Jihem - 25-11-2008 09:39:37 - 6 commentaires

 

Ne vous arrive-t-il, quelque fois,

Ou souvent,

D'être ému, émerveillé,

Par un banal objet,

Une chose habituelle

Actrice discrête,

De votre quotidien ?

Un meuble, une table, une coupelle,

Avec du style, de la valeur,

Ou pas.

 

Il suffit d'un pas de biais,

D'un rayon de soleil,

Ou d'une idée soudaine,

Que votre regard s'arrête,

Se pose à cet instant,

Doucement,

Puis s'illumine,

Pour qu'immédiatement,

La beauté jaillisse,

Et l'éblouissement.

 

Regard de lucioles,

De douces pétales,

Dédales de lunes et d'étoiles,

Neige dans une bulle de savon.

 

Ne vous est-il déjà arrivé,

Hier,

Ou il y a un an,

De toucher l'essentiel,

Comme une évidence,

A la vue d'une forme,

D'un corps,

D'un mélange de couleurs ?

 

Les larmes ne vous sont-elles jamais venues,

En doux sanglots,

Portées par l'émotion d'un mot,

D'un silence,

Ou d'un parfum de révolte ?

 

N'avez-vous jamais pensé,

Que cet amour là

Etait plus fort que tout,

Etait le plus merveilleux,

Le plus magique,

Le plus féérique,

Qu'il ne se tarirait pas ?

 

Regard de lucioles,

De douces pétales,

Dédales de lunes et d'étoiles,

Neige dans une bulle de savon.

L'avez-vous encore,

Où l'avez vous oublié,

Votre regard d'enfant ?

 

 

 

 

 

Voir les 6 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.2 - 191744 visites