KikouBlog de Jihem - Juillet 2008
Jihem

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Archives Juillet 2008

Mort de Jean-Jacques de Felice

Par Jihem - 29-07-2008 11:12:56 - Aucun commentaire

Un tout petit billet pour saluer la mémoire d'un grand Monsieur.

http://www.ldh-france.org/actu_derniereheure.cfm?idactu=1753

Think

Par Jihem - 23-07-2008 10:13:30 - 4 commentaires

 

Ce matin, il ne se passait rien. Ou je ne voyais rien. Tout était calme. Le chauffeur du bus 91 n'avait pas l'air pressé. Probablement, il était en avance. Le RER A aussi semblait vouloir emprunter le chemin des écoliers, direction Mické. Ou peut-être n'était-ce qu'une impression. Soudain, en face de moi, un Blues Brother, la copie conforme ventripotante de Jake Blues. Les lunettes, les rouflaquettes, le chapeau, le costard. Et l'air du faux dur incognito. Z'ont du le louer chez Mickey'land ai-je pensé. Mon esprit s'envole, Aretha franklin monte sur la banquette, Ray Charles réssussite au piano, James Brown fait chauffer la barre et ... le gars descend, station Neuilly-Plaisance.

C'est pas encore l'heure, du grand convoyage vers Sarkoland.

Au boulot !

 

Voir les 4 commentaires

Le désir à l’épreuve ou l’épreuve des désirs

Par Jihem - 22-07-2008 13:00:22 - 7 commentaires

Le désir à l’épreuve ou l’épreuve des désirs

 

Tout d’abord, il y a les mots qui entourent cette épreuve,

Cent kilomètres, centbornards, ultra-fond,

Des noms pas très jolis,

Peu empreints de poésie.

Encore que cent, phonétiquement,

Peut s’entendre sans, s’en ou…

Sang !

 

Aborder cette épreuve,

Comme on séduit une femme,

Vous trouverez cela étrange ? Curieux ?

Pourtant, cette épreuve, pour l’approcher,

Il faut s’en imprégner,

La désirer,

Aller à sa rencontre. Puis,

La laisser venir,

Se laisser envahir, doucement.

 

Il faut aussi lui résister,

Ne pas se laisser griser,

Ne pas trop s’enhardir, Et,

Savoir être patient, Mais,

Le moment venu,

Se lancer,

Ne plus hésiter.

 

Il y a ces longs moments douçâtres,

Où l’on est bien,

Cette lente procession amoureuse,

Ce temps où tout vous parait beau,

Pourvu que le décor le fut.

Ce temps où le monde vous sourit,

Vous applaudit, vous encourage.

Vous êtes joyeux, et vous vous savez aimé.

 

Il y a ces légères souffrances,

Ces pincements de cœur,

Et ces plaisirs intenses,

Alternance de peurs, de craintes, et de Bonheur.

 

En ces moments, vous pensez à jouer,

Mais d’être trop taquin,

Ou de ne l’être assez,

Peut naître l’échec.

 

Et puis, d’approches en approches,

Voici que l’on s’effleure,

Par les mots, ou le toucher,

Ce moment désiré,

Où tout peut arriver.

 

Le début de l’épreuve est là,

En cet instant, entre le soleil et l’abîme,

Buster Keaton suspendu à son aiguille,

Le funambule sur son fil,

Entre le sol et son étoile.

 

J’aime ce moment où le corps n’est plus le guide,

Mais où l’esprit a envie,

Hanté par le désir,

Entre le bonheur et la douleur.

 

C’est le moment de la parade,

Celle que l’on aime succombera-t-elle ?

Où est-ce vous qui succomberez ?

 

Et puis, et puis, il y a l’arrivée,

Le final, l’effort ultime,

Ce bonheur animal,

Cette extase physique et moral,

Cette chaleur immense,

Ce corps raidit que l’on livre,

Sans trop le maitriser.

 

Et puis, la délivrance,

Le relâchement, les larmes, les émotions.

 

Si de cette douce épreuve,

Vous n’avez plus l’envie,

Alors peut-être n’étiez-vous,

L’un pour l’autre pas fait,

Mais le cas échéant,

Vous êtes bel et bien épris.

 

Aujourd’hui j’ai envie,

De trahir un peu la route,

D'aller querir d’autres fantaisies,

Des sentiers plus sinueux, plus escarpés,

Ceux de la montagne et des sentiers.

 

Ainsi va la vie.

 

 

Voir les 7 commentaires

Vous allez où ?

Par Jihem - 17-07-2008 20:43:10 - 6 commentaires

 

Cet après-midi, station de RER de Port-Royal.

Un type au guichet : "Le métro c'est où ?"

La femme du guichet : "Ca dépend. Vous voulez aller où ?"

Le type : "Je ne sais pas. Vous avez un plan ?"

 

Voir les 6 commentaires

Mon off à moi

Par Jihem - 16-07-2008 01:14:04 - 12 commentaires


 

 

 

Voir les 12 commentaires

Merci mon général

Par Jihem - 15-07-2008 12:17:13 - 7 commentaires

Merci mon général

 

Hier sur le trottoir, j’ai rencontré,

Un général des armées.

Un vieux général,

En 1930 il était né,

Un 2 avril il m’a précisé.

 

C’est lui qui m’a abordé,

Il était seul depuis 14 heures.

Il m’a raconté une histoire,

Son histoire peut-être,

Je n’en suis pas sur.

Ca n’a pas d’importance.

 

Mon général venait de Nice,

Pour la première fois à Paris,

Depuis 33 ans, depuis 33 ans.

Il venait voir des amis,

Je ne sais pas trop,

Je n’ai pas trop compris.

 

Il faut dire que Mon général est laotien,

Et qu’il a un foutu accent,

Du vocabulaire,

Mais pas de grammaire.

 

Ces yeux trainaient sur le sol,

Je ne les ai guère croisés.

Il s’appelle Michel,

Ancien général de l’armée française,

Général 4 étoiles il m’a précisé.

 

Arrivé à la gare de Lyon,

Michel devait se rendre à l’hôtel,

Et y attendre sa famille,

Pour séjourner jusqu‘à mercredi.

 

Michel, n’est jamais arrivé à l’hôtel,

Il s’est fait agressé,

Par 3 types qui lui ont tout volé.

Des lâches a-t-il précisé.

 

A l’Hôpital Saint Antoine,

Ils lui ont annoncé,

Que deux doigts ils devaient lui couper.

Mon Général a dit : « Madame, faites votre devoir ! »

 

Et puis, à 14 heures,

Michel a quitté l’hôpital,

Et il s’est senti seul, dans Paris,

En plein après-midi.

Il n’avait plus d’amis,

Ils sont tous partis.

 

Un appel en PCV à sa sœur d’Orléans,

Qui lui dit : « Michel,

Il faut que tu parles à quelqu’un

De bonne éducation »

« Tu es de bonne éducation, Jean-Michel »  me dit-il.

« J’aimerai garder notre amitié. »

 

Mon général me raconte qu’en 1954,

Il était à Dien Bien Phu,

Avec Bigeard et je ne sais plus qui.

Peut-être cet homme a du sang sur les mains,

Mais je ne vois qu’un vieil homme,

Avec une veste défraichie,

Et deux vieux insignes épinglés.

 

Michel me dit qu’il écrit un livre,

De mille cinq cents pages,

Sur le Laos.

J’ai oublié le titre.

Il me l’enverra.

 

Mon général se raidit,

Lorsque je souris,

Quand il me dit que 4 étoiles il a,

Quand De Gaulle en personne n’en avait que deux.

« Pourquoi rigoles-tu » me-fait-il ?

 

Alors il m’explique que De gaulle a assassiné Leclerc (3 étoiles !!!),

Que c’est lui qui a mis une bombe dans l’avion,

Qui s’est écrasé.

Concurrent du pouvoir.

Il me raconte également que c’est Mitterand, 

Qui a assassiné Bérégovoy,

Que Balladur était au courant.

Mon général est un as du renseignement …

 

Puis il me reparle d’Orléans,

De sa sœur, médecin,

Je lui demande ce dont il a besoin,

D’un billet de train ?

Il me répond que ce billet coûte 16 euros 80,

Qu’il me les remboursera.

Nous allons chercher de l’argent,

Et je lui tends ce présent.

Michel me donne son adresse,

Me dit qu’il a 4 restaurants à Nice,

Que je suis le bienvenu.

Je lui donne la mienne.

 

Il me remercie.

Je le remercie de cette rencontre,

de cette heure passée.

Et nous nous quittons,

Après une franche poignée de mains.

 

Je suis naïf me direz-vous ?

Peut-être, peut-être pas …

 Merci mon général.

 

Voir les 7 commentaires

Les kikous prennent d'assaut les Halles

Par Jihem - 15-07-2008 03:05:57 - 9 commentaires

 J'étais pressé de savoir si les kikourous se ressemblaient tous, à la manière des schtroumphs. Alors pour aller plus vite, il m'est venu l'idée de ce repas. Pas si facile : trouver une date, une zone accessible (Bambi !!!), un lieu (merci Marion !!), penser que ca pouvait être le midi (Taz !!!) plutôt que le soir, j'en perdais mon latin.  Au final, 14 kikoureurs un peu indisciplinés sont allés mettre à l'épreuve le "Père Fouettard". Pour l'occasion, j'avais promis de peindre les halles en rouge. Pari non tenu. z'ont pas pensé au gage. J'avais promis une terrasse et j'eu la surprise de constater qu'on avait décidé de nous enfermer dans une salle. Promesse non tenue ! Pour le reste, je crois que c'était plutôt réussi. Je me suis retrouvé relégué en bout de table. Mais entouré de Marioune, Agnès et Taz : avouez qu'il y a des bouts de table plus insupportables... Encore que . 

 

Alors, pour ceux qui se posent encore la question, ils ressemblent à quoi les kikourous ? Je dirais que l'espèce est singulière, elle ne manque pas d'intérêt. Les spécimens que j'ai rencontrés m'avaient l'air de personnages plus sensibles que l'homo sapiens  sapiens moyen.

Pour le reste, je vous laisse étudier  :

 

Un bout de table insupportable ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Le kikourou mange lentement et se nourrit exclusivement d'herbe

 

 

Le soir même, je me suis regardé dans la glace. Stuppeur !!!!

Je crois bien que je ressemble à un kikourou. Je suis foutu !!!

 

PS . : Merci encore kikou généreux. 

PS. : J'allais oublié le message sympathique de l'ami Epi' encore retenu en Helvétie :  "Merci pour le coup de fil qui m'a bien fait plaisir. Impression de participer à votre bouffe parisienne pour quelques fugaces, mais au combien intenses secondes." C'est pas beau ça ?

 

 

 

 

Voir les 9 commentaires

Court métrage

Par Jihem - 11-07-2008 09:23:19 - 4 commentaires

Ce matin devant moi une femme perd son foulard. Nous sommes face à la grande horloge de la gare de Lyon. le temps est maussade. Je ramasse le morceau de tissu, imprégné de parfum. je la rattrape et lui tend. "Madame, vous avez perdu votre foulard". Elle se retourne, prend un air étonné. Elle me remercie. je lui souris.

Et puis nous passons notre chemin.

Voir les 4 commentaires

Brouhaha

Par Jihem - 08-07-2008 18:03:10 - 4 commentaires

Brouhaha 

Réunion importante,

La crème est là, la mousse aussi,

On s’explique sur ce qui va,

On développe durablement,

On internationalise,

On priorise,

On définit des indicateurs,

On crée de la valeur,

On monte en compétence,

On bipartite, on tripartite,

On donne du sens,

On optimise,

Tout le monde écoute, ou rêve,

Sagement.

Mais de quoi parle-t-on ?

 

Mon cerveau se brouille,

Je n’accroche les mots qu’en vrac.

Des bribes de phrases,

Des mots-clés qui m’amusent et me divertissent.

Me dispersent.

Ces mots qu’il faut absolument placer,

Pour plaire en société,

Pour se faire remarquer.

Pour exister.

 

Il y a des paroles,

Il y a aussi des images,

Des sourires, des visages radieux,

Parce qu’on est satisfait,

On est nécessairement satisfait.

On redevient sérieux,

On prend un air grave,

Parce qu’il faut bien se donner de la contenance,

Paraître crédible à l’assistance.

 

Je n’ai plus envie de parler dans ces assemblées.

 

Point Suivant, point suivant, point suivant.

 

Et voici l’Homme Tsé-Tsé.

 

Je m’arrête… las.

Voir les 4 commentaires

Bachir est revenu !

Par Jihem - 03-07-2008 09:29:35 - 9 commentaires

Bachir, c'est mon collègue,

Qui nettoie mon bureau.

Je dois bien être un des seuls à l'appeler mon collègue.

"Les gens du nettoyage, c'est pas not' boite.

C'est des sous-traitants."

Même lui m'a expliqué un jour

Que c'était moi l'chef.

Pas facile de parler d'égal à égal avec Bachir.

Et puis Bachir, il aligne pas 2 mots d'français.

Bachir est un artiste, une sorte de poëte du ménage.

Les poussières, il les met en mouvement.

Il les déplace d'un coin à un autre.

Son balai à lui, c'est une danse.

Bachir va trop lentement pour capturer les moutons

Qui se rient bien de lui.

Bachir, quand il marche, on dirait qu'il porte sa maison sur son dos.

Bachir a une vie de misère.

Il travaille ici depuis plus de vingt années.

Il vit en foyer, sa famille est en Inde.

3 heures par jour, c'est le temps de son contrat.

Je parle au présent de Bachir, mais en fait,

il est parti il y a un an. En congés.

Et Bachir, on ne l'a plus revu.

On savait qu'il était malade.

Plus de nouvelles.

Avant Hier, sa collègue du nettoyage

arrive dans mon bureau.

Je ne l'avais jamais vu aussi rayonnante.

"Bachir ! il est là ! Bachir il est revenu !"

Bachir est donc en vie.

Mais hier, j'ai appris qu'il était en pleurs,

qu'il n'avait plus de travail, et qu'il était très fatigué.

Je n'ai pas revu Bachir, je sais juste qu'il est là.

J'espère  bien qu'on se croisera.

Si vous le voyez,

Serrez-lui la main de ma part.

Salut collègue !

 

 

Voir les 9 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.17 - 191749 visites