Le désir à l’épreuve ou l’épreuve des désirs
Jihem

Sa fiche

Le désir à l’épreuve ou l’épreuve des désirs

Par Jihem - 22-07-2008 13:00:22 - 7 commentaires

Le désir à l’épreuve ou l’épreuve des désirs

 

Tout d’abord, il y a les mots qui entourent cette épreuve,

Cent kilomètres, centbornards, ultra-fond,

Des noms pas très jolis,

Peu empreints de poésie.

Encore que cent, phonétiquement,

Peut s’entendre sans, s’en ou…

Sang !

 

Aborder cette épreuve,

Comme on séduit une femme,

Vous trouverez cela étrange ? Curieux ?

Pourtant, cette épreuve, pour l’approcher,

Il faut s’en imprégner,

La désirer,

Aller à sa rencontre. Puis,

La laisser venir,

Se laisser envahir, doucement.

 

Il faut aussi lui résister,

Ne pas se laisser griser,

Ne pas trop s’enhardir, Et,

Savoir être patient, Mais,

Le moment venu,

Se lancer,

Ne plus hésiter.

 

Il y a ces longs moments douçâtres,

Où l’on est bien,

Cette lente procession amoureuse,

Ce temps où tout vous parait beau,

Pourvu que le décor le fut.

Ce temps où le monde vous sourit,

Vous applaudit, vous encourage.

Vous êtes joyeux, et vous vous savez aimé.

 

Il y a ces légères souffrances,

Ces pincements de cœur,

Et ces plaisirs intenses,

Alternance de peurs, de craintes, et de Bonheur.

 

En ces moments, vous pensez à jouer,

Mais d’être trop taquin,

Ou de ne l’être assez,

Peut naître l’échec.

 

Et puis, d’approches en approches,

Voici que l’on s’effleure,

Par les mots, ou le toucher,

Ce moment désiré,

Où tout peut arriver.

 

Le début de l’épreuve est là,

En cet instant, entre le soleil et l’abîme,

Buster Keaton suspendu à son aiguille,

Le funambule sur son fil,

Entre le sol et son étoile.

 

J’aime ce moment où le corps n’est plus le guide,

Mais où l’esprit a envie,

Hanté par le désir,

Entre le bonheur et la douleur.

 

C’est le moment de la parade,

Celle que l’on aime succombera-t-elle ?

Où est-ce vous qui succomberez ?

 

Et puis, et puis, il y a l’arrivée,

Le final, l’effort ultime,

Ce bonheur animal,

Cette extase physique et moral,

Cette chaleur immense,

Ce corps raidit que l’on livre,

Sans trop le maitriser.

 

Et puis, la délivrance,

Le relâchement, les larmes, les émotions.

 

Si de cette douce épreuve,

Vous n’avez plus l’envie,

Alors peut-être n’étiez-vous,

L’un pour l’autre pas fait,

Mais le cas échéant,

Vous êtes bel et bien épris.

 

Aujourd’hui j’ai envie,

De trahir un peu la route,

D'aller querir d’autres fantaisies,

Des sentiers plus sinueux, plus escarpés,

Ceux de la montagne et des sentiers.

 

Ainsi va la vie.

 

 

Billet précédent: Vous allez où ?
Billet suivant: Think

7 commentaires

Commentaire de CLG posté le 22-07-2008 à 13:18:53

Je l'ai expérimenté en suiveuse par deux fois : oui, une histoire de passion. On l'a résumérai ainsi puisque souvent la passion mixte bonheur et souffrance, c'est une lutte complète de soi-même, jusqu'au bout de soi-même, on donne tout de soi dont le but est de parvenir à l'obtenir !
Douce épreuve ? moins sûr, plus ardue mais où serait l'intérêt si cela serait quu'n chemin tranquille ?

Commentaire de grandware posté le 22-07-2008 à 14:32:28

T'es bien comme tous les autres... Tu prends ton plaisir et tu vas voir ailleurs !!! Belle mentalité...

Commentaire de Mustang posté le 22-07-2008 à 14:33:34

L'envie........, dire "j'ose" et c'est le début de l'aventure

Commentaire de Velveteethol posté le 22-07-2008 à 15:01:42

L'envie....., c'est ce qui te fait finir
A part çà, c'est joli.

Commentaire de shunga posté le 22-07-2008 à 15:20:56

Oser, oui.
Mais si l'envie suffisait à finir les choses, purée ce qu'on ferait pas.
Mais il est vrai que l'on peut aborder la chose dans ce sens tant la quête en devient obsédante, comme une femme que l'on voudrait posséder à tout prix, car ce qui est bon dans la conquête d'une femme, c'est justement la conquête, les vingt qui suivent sont pas toujours au top ;)
Jessica si tu passes par là ;) Chérie, si tu passes par là,
la phrase précédente n'est pas de moi. C'est GW qui a hacké le serveur.
Mais si ce n'est qu'une histoire de plus sur la possession, ça ne vaut vraiment pas le coup.
Je veux ma plaque d'iron man pour l'accrocher au-dessus de mon lit et me masturber chaque jour en pensant "je l'ai fait !"
Hum, tout ceci mériterait une plus grande réflexion. Non ? Non :d
Sinon je voulais dire un truc intéressant mais je sais plus quoi.

Commentaire de Epytafe posté le 23-07-2008 à 15:09:24

Mais d'où vient le désir ? Désir narcissique de se dire : "Je l'ai fait" comme on peut se dire : "Je l'ai eue" en parlant de Jessica (c'est fou le nombre de Jessica qui traînent)? Quel est l'origine de ce désir si ce n'est de jouir de l'objet de ce désir ? Narcissique la CàP ? Certes ! A part ça, beau billet, et intéressante vision d'une course. Je vois une course plus comme une bagarre à gagner que comme une séduction à mener à bien... Peut-être qu'il me manque quelques années de pratiques pour envisager l'aspect sensuel d'une course ?

Commentaire de shunga posté le 23-07-2008 à 18:42:31

C'est une question de point de vue.
Jihem refuse de voir un combat dans la séduction ou dans le désir, d'un autre côté il commence son texte par le mot "épreuve". Il met en place toute une "stratégie" pour séduire, et finalement une fois qu'il a ressenti son "bonheur animal" qu'il a terminé, (vaincu, gagner, posséder...?) il passe à autre chose... Il "trahit"...

Je sais pas moi...
Ouvrons, un dictionnaire...

Heureusement qu'on ne parle pas de "possession" encore ^^

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.18 - 196080 visites